Le Festival du Roman Féminin (avec plein de mentions spéciales !)

Voilà, c’est fini ! Déjà une semaine dans la vue, toujours d’immenses cernes sous les yeux mais un formidable regain d’énergie, parce que c’était génial !

Avant…
Après : le choc des cultures !
Jeudi 11 mai. Mon périple a commencé la veille : j’ai quitté la Corse pour Paris, dans un avion secoué par les turbulences et piloté par un mec à la main lourde ! (D’ailleurs, j’ai une théorie sur la qualité des décollages et atterrissages dans l’aviation civile, je vous la livrerai un jour, si vous êtes sages…)
Et donc, à Paris, il faisait gris. C’était raté pour mon image d’Épinal ! En une soirée, j’ai découvert un bout du 13ème arrondissement, l’application Uber (mention spéciale au premier chauffeur, outré d’apprendre que ce service n’existait pas en Corse !), et aussi qu’il était urgent que je prenne des cours d’anglais (croiser Jay Crownover dans la rue, baragouiner hello et trois bricoles, et… plus rien : c’est ce qu’on appelle la loose).

Qu’à cela ne tienne…

Vendredi 12 mai. Mon festival a démarré dès 9 heures : premier atelier de la journée aux côtés de Totaime, auteur publiée également chez BMR, et de Fabiola Chenet, organisatrice et membre de l’équipe des Romantiques. Première vraie rencontre avec des lectrices et des bloggueuses, première prise de parole IRL, par-delà la mer et les écrans. Intimidant. Impressionnant. Heureusement, c’est quand on commence à évoquer de quelle manière l’auteur rêve et écrit que la machine se dérouille, se lance et ne s’arrête plus. (Je suis un moteur diesel en la matière !) Et donc, à partir de là, ça ne s’est plus arrêté !
Des cafés, des gribouilles, des échanges de cadeaux et de goodies, du vin, des rencontres attendues depuis des semaines, très importantes. Le séisme.

Les cadeaux, chargés de messages subliminaux : encore des histoires, moins de vin, plus de detox !
J’ai clos la journée par une séance de lecture aux côtés de Juliette Mey, auteur et éditrice de Butterfly Éditions. Mention spéciale à Ice qui m’accompagne depuis si longtemps que je le connais comme si je l’avais fait : j’ai pu restituer le texte à voix haute en ne distinguant qu’un mot sur trois ! Mes lentilles de contact n’aiment pas l’air parisien… Merci, mec !

Vendredi soir. Dîner sympathique sous verrière esprit Eiffel, aux côtés de mes consœurs Maddie D, Pauline Libersart, Pascale Stephens, Totaime, de Carole Ogereau, et de l’équipe éditoriale BMR.

Vendredi soir-soir, ou comment Totaime et moi avons fait trois fois le tour du quartier du Temple pour cause de GPS foireux. (On est en train de préparer une lettre de réclamation salée aux concepteurs de l’application.)

Samedi, ou mon printemps à Paris. Youpi !
Samedi 13. Sur le front à 9 heures – encore ! Avec bien peu d’heures de sommeil (et donc, beaucoup beaucoup de cernes…) ma paire de lunettes tout terrain sur le nez, et un litre de BB Detox by Kusmi Tea en perfusion (mention spéciale à Coralie et Mag qui ont sauvé cette matinée !). J’ai participé à l’atelier d’écriture du Boudoir Écarlate, aux côtés de lectrices et d’auteurs très inspirées. Notre table a même remporté la manche de la romance M/M ! L’ambiance était survoltée, les participantes nombreuses ! Bravo, le Boudoir !

Midi, opération commando ! Je participais à l’atelier consacré à la romance militaire, aux côtés de Riana Ravo, chroniqueuse spécialiste du genre chez les Romantiques, et d’Amhéliie, auteur d’histoires d’uniformes explosives ! Première surprise : la salle était comble ! Deuxième : les lectrices très intéressées et calées sur le sujet ! La troisième, c’est nous qui l’avons offerte à l’auditoire en livrant les réponses de nos bêtas-consultants-militaires à un questionnaire préparé en amont de l’atelier. Ce fut épique – en même temps que très intéressant –, parce qu’ils sont terribles ces garçons… Merci d’être venues nous écouter, d’avoir ri avec nous !

Amélie est sur le pied de guerre, et je ressemble à une prof choisissant sa prochaine victime… Étrange.
Après ça, le déjeuner fut court, et le top départ du marathon des signatures rapidement donné ! Du Meet and Greet à la séance de dédicaces, ce fut géant – sous une chaleur parfois insupportable, mais géant quand même ! J’ai été heureuse, émue de rencontrer les lectrices qui me suivent depuis longtemps, d’avoir donné envie à d’autres de découvrir mes terrains de jeux.

Le soir, le comité des romancières amazones refaisait le monde autour d’un verre de jus d’orange (vraiment !), en mode heureuses, rincées, essorées, « circulez, y’a plus rien à voir. » (J’ai bien une photo… mais mes consoeurs vont m’en vouloir si je la publie ici !)

« Nous étions haut dans le ciel, je me plus à penser que nous approchions des portes du paradis. » OK, je l’ai piqué à Miss Météo, celle-là…
Dimanche matin, j’ai repris l’avion, bercée par le roulis d’un ciel plein de nuages cotonneux (mention spéciale au pilote, délicat celui-là !). Dans cette bulle, forte de tous vos témoignages d’amitié, de vos sourires, je me suis promise d’écrire encore longtemps de belles histoires d’amour, de filles fortes et de héros sexy en diable.

Même que j’ai repris la plume le lendemain, à la première heure. Affaire à suivre…

Encore bravo, encore merci aux organisatrices de ce festival qui a tellement grandi depuis l’année dernière ! Des milliers de bises aux lectrices que j’ai croisées ! Et à très bientôt, j’espère !

Laisser un commentaire