LOVE CHEF : « la cuisine. SA cuisine. » {EXTRAIT}

love-chef-2

Samedi, c’est le début du week-end ! Et nous sommes à J-2 mois de la sortie de LOVE CHEF ! Si on visitait le Droz, AKA le territoire de Rafael dans le roman ? 😉

« — Bienvenue chez moi, Rainbow, lance-t-il en entrant sur son territoire.

La cuisine. Sa cuisine.

— Et le chef, il sait que tu es encore là ?

Il ne répond pas tout de suite. Il semble même hésiter.

— C’est moi le chef, lâche-t-il enfin. Pas le patron, mais le chef quand même.

Je m’en doutais. Je l’ai vu travailler : il maîtrisait tous les aspects logistiques de notre recette en un clin d’œil.

Je lâche :

— Qu’est-ce que je fais là, alors ? Tu n’as rien à apprendre avec moi !

Moi, je sais ce que je suis venue chercher en revanche…

— Et toi, Rainbow ? Rappelle-moi pour qui tu travailles ? Et en quelle qualité ?

Voilà, même s’il ne l’a jamais évoqué, il y pense sans arrêt aussi.

Il s’est appuyé sur un plan de travail. Il croise les bras sur son torse et attend ma réponse.

Je n’aime pas quand il porte ce regard inquisiteur sur moi, à chaque fois qu’on parle de nos activités respectives. Je me demande soudain s’il n’est pas un plus fin stratège que les autres, et s’il ne se sert pas véritablement de sa belle gueule pour arriver à ses fins.

Quelle importance puisque je compte perdre…

— Ne me pose pas la question si tu sais… Ça te dérange ?

Son regard erre dans le vide, il réfléchit.

— Non, ça m’intrigue. C’est une ascension fulgurante, et je ne dis pas que tu ne l’as pas mérité. Mais pourquoi tiens-tu à ce que le train s’arrête en marche si vite ? C’est quoi ton projet après « Chef ! » ?

Je le dévisage.

— Je n’ai pas de projet. Pas encore… Je trouve que c’est… présomptueux de vouloir voler de ses propres ailes, si vite. Que la chute pourrait être douloureuse. Je ne suis rien, et j’ai encore beaucoup à apprendre sur la vie avant de prétendre mener une brigade matin et soir en poussant tous ses membres à se dépasser.

Parce que c’est le genre de chef que je serais, j’en suis sûre.

Rafael est songeur, et je suis gênée de m’être encore livrée.

—  Voilà…

— Voilà, répond-il en tirant sur le col de sa veste pour dégager un peu plus sa gorge.

La peau dorée, les tendons dans son cou… Je suis un pauvre animal tombé dans la gueule du loup. Je suis sur le point de me dégonfler…

J’articule :

— Et toi, qu’est-ce que tu veux ?

Ses yeux mordorés s’assombrissent.

— Gagner.

Le mot, sa voix m’ont fouetté les oreilles.

— Juste gagner, répète-t-il avec la même force.

Mais gagner « Chef ! » est synonyme de notoriété, d’argent et, avec de la chance, de reconnaissance. Donc, juste gagner, c’est une réponse facile.

— Tu veux visiter ? demande-t-il soudain en décollant ses fesses du plan de travail.

— Euh, oui… Pourquoi pas.

L’étrange connexion entre nous se rétablit ; celle qui m’a mise sur les genoux quand il m’a proposé de venir jusqu’ici.

J’ai les mains et les jambes envahies par la chaleur quand il se dirige vers le fond de la cuisine, et je rougis jusqu’aux oreilles quand mes yeux s’arrêtent sur ses fesses moulées dans… dans un treillis noir super seyant.

— Mais on cuisine après ? je demande pleine d’espoir.

Rafael se retourne, il regarde la jolie blouse blanche que j’ai passé après m’être vite douchée, et il dit avec des flammes dans les yeux :

— On est là pour ça aussi, pas vrai ?

Oui, chef… »

0a1171621c70380a711f514cd76cb7cd

En attendant novembre – et Rafael -, je vous laisse en compagnie de David G.(CF photo 😉 et vous souhaite de passer un délicieux week-end ! À bientôt ! <3

 

 

4 réflexions au sujet de « LOVE CHEF : « la cuisine. SA cuisine. » {EXTRAIT} »

Laisser un commentaire